Le site AUTOUR DE PARKING rassemble des témoignages de personnes sur le travail, la sensation d’appartenance sociale, les sentiments d’injustice, les résistances possibles.

Nous voulions poser frontalement les questions que le spectacle formule, à travers l’histoire qu’il déroule, et faire comme un inventaire des réponses qui nous sont données.

Ces témoignages sont recueillis via des temps d’enquête et de rencontres sur les territoires qui nous accueillent.

RENCONTRER DES « GENS »

À chaque période de travail (de résidence) sur le spectacle, et a fortiori à chaque fois que nous nous installerons quelque part pour le jouer, nous sortons dans les rues avec notre dictaphone. Nous mêlons les rencontres à brûle-pourpoint et les rendez-vous programmés.

Les entretiens se déroulent selon le temps que les personnes veulent bien nous accorder. Il y a quelques questions phares : est-ce que le travail c’est la santé ? Est-ce que vous avez déjà refusé de faire quelque chose au travail ? Est-ce que l’union c’est la force ? Est-ce que vous avez la sensation de faire partie d’une classe sociale ? 

Ces questions, on essaie de les poser à chaque fois. Le reste, c’est la discussion qui en décide.

Les entretiens sont anonymes.

S’APPROPRIER LA PAROLE

Le deuxième volet, c’est la production des podcasts. Nous retranscrivons les entretiens au plus proche de la parole délivrée (avec les hésitations, les accroches, les rires, les soupirs), et décidons des parties des discussions qu’on souhaite garder. 

Ensuite, nous enregistrons les podcasts, avec les voix des membres de l’équipe du spectacle. Nous n’imitons pas les voix, mais essayons, avec la nôtre, de nous couler dans le rythme, la respiration de la personne qui a été interviewée.

Nous avons décidé de ce procédé pour deux raisons :

– il nous permet d’assurer l’anonymat aux personnes interrogées.

– il est dans la continuité du travail artistique mené sur le spectacle : dans PARKING, chaque comédien·ne interprète trois rôles (ce qui est souvent le cas dans le travail de la cie mkcd) ; le théâtre permet de faire entendre une multiplicité de voix à partir d’une seule. C’est une manière d’affirmer que ces podcasts sont un objet artistique, un travail de mise en forme de la matière documentaire, qui questionne l’écho des paroles individuelles dans les oreilles collectives, ou l’inverse.

Le site AUTOUR DE PARKING rassemble des témoignages de personnes sur le travail, la sensation d’appartenance sociale, les sentiments d’injustice, les résistances possibles.

Nous voulions poser frontalement les questions que le spectacle formule, à travers l’histoire qu’il déroule, et faire comme un inventaire des réponses qui nous sont données.

Ces témoignages sont recueillis via des temps d’enquête et de rencontres sur les territoires qui nous accueillent.

RENCONTRER DES « GENS »

À chaque période de travail (de résidence) sur le spectacle, et a fortiori à chaque fois que nous nous installerons quelque part pour le jouer, nous sortons dans les rues avec notre dictaphone. Nous mêlons les rencontres à brûle-pourpoint et les rendez-vous programmés.

Les entretiens se déroulent selon le temps que les personnes veulent bien nous accorder. Il y a quelques questions phares : est-ce que le travail c’est la santé ? Est-ce que vous avez déjà refusé de faire quelque chose au travail ? Est-ce que l’union c’est la force ? Est-ce que vous avez la sensation de faire partie d’une classe sociale ?

Ces questions, on essaie de les poser à chaque fois. Le reste, c’est la discussion qui en décide.

Les entretiens sont anonymes.

S’APPROPRIER LA PAROLE

Le deuxième volet, c’est la production des podcasts. Nous retranscrivons les entretiens au plus proche de la parole délivrée (avec les hésitations, les accroches, les rires, les soupirs), et décidons des parties des discussions qu’on souhaite garder. 

Ensuite, nous enregistrons les podcasts, avec les voix des membres de l’équipe du spectacle. Nous n’imitons pas les voix, mais essayons, avec la nôtre, de nous couler dans le rythme, la respiration de la personne qui a été interviewée.

Nous avons décidé de ce procédé pour deux raisons :

– il nous permet d’assurer l’anonymat aux personnes interrogées.

– il est dans la continuité du travail artistique mené sur le spectacle : dans PARKING, chaque comédien·ne interprète trois rôles (ce qui est souvent le cas dans le travail de la cie mkcd) ; le théâtre permet de faire entendre une multiplicité de voix à partir d’une seule. C’est une manière d’affirmer que ces podcasts sont un objet artistique, un travail de mise en forme de la matière documentaire, qui questionne l’écho des paroles individuelles dans les oreilles collectives, ou l’inverse.